Chargement

Ces prototypes pourraient effectivement tomber dans l’oubli… Même s’ils nous ont fait rêver. Reste que certaines de ces bagnoles auraient été extraordinaires pour la route!

La «Méga-fourgonnette» 2 étages d’Ital Design ( Ital Design Columbus )

L’entreprise Ital Design se spécialise dans le dessin automobile. Elle a travaillé à travers les époques sur des designs de voitures de différentes marques comme Alpha Romeo, Fiat, Chevrolet et Daewoo. C’est en 1991 que la compagnie présente au salon de l’auto de Détroit un concept décrit par les visiteurs comme « mi-avion, mi-autobus, méga-fourgonnette ».

Il est vrai que son look fait penser à beaucoup de chose. Mais ce qui donne vraiment envie de partir en roadtrip avec cet énorme bateau roulant, ce sont les sièges avants surélevés. Assis au volant de cette drôle de bête, vous pourriez facilement voir ce qui ce passe devant puisque vous seriez assis plus haut que le conducteur du gros pick-up qui vous précède.

Capable de transporter sept passagers (dont quatre qui ne verront pas devant, puisque leur vue sera bloqué par les deux premières rangés surélevées) elle semble quand même très confortable et particulièrement spacieuse. On retrouve un chauffeur en première rangée au centre et deux passagers en deuxième rangée face vers l’avant du véhicule, puis, deux rangées de deux sièges capitaines face à face en troisième et quatrième rangées.

Baptisée Columbus en l’honneur de Christophe Colomb, cette méga-fourgonnette est aussi hyper-puissante. Elle devait être propulsée par un V12 BMW de 300 chevaux ! Toute une cavalerie pour l’époque.

Le Jeep écolo des années 90’s

Imaginez un bon vieux Jeep YJ (ou Wrangler si vous préférez) mais plus court de 23 centimètres et avec un empattement plus long de 17,4 centimètres. Vous obtenez un utilitaire plus stable, tout aussi capable de sortir des sentiers battus et tout aussi amusant. Ça aurait du être commercialisé. Il portait le nom de Jeep ECCO.

Le ECCO devait offrir un aperçu du «Jeep de l’ère moderne». Conçu en fonction de la réalité et des préoccupations écologiques de l’époque (en 1992 déjà on parlait de gaz à effets de serres et du réchauffement climatique), sa carrosserie a été conçue avec un souci d’efficacité aérodynamique. De plus, pour alléger la structure du véhicule, les ingénieurs avaient pensé à l’aluminium et une forme de plastique qui rendait le modèle entièrement recyclable et moins énergivore. Oui oui, vous avez bien lu.

Le moteur expérimental de Chrysler, un 3.5 litres, 3 cylindres en aluminium de 85 chevaux était très économique à la pompe, ce qui est idéal pour un roadtrip. Ça aurait été un modèle très intéressant puisqu’il combinait les avantages du YJ comme le toit et les portières rétractables, tout en procurant un sentiment de confiance et de stabilité inexistant sur son grand frère.

Un roadtrip ensoleillé en Renault Racoon

Visiblement, au début des années 90, la marque française Renault est en avance sur son temps et présente un prototype qui n’aurait même pas l’air démodé dans un salon de l’auto en 2019. D’ailleurs, je ne comprends pas pourquoi ce concept n’a jamais vu le jour. Pensez-y. Aujourd’hui les constructeurs font leur possible pour offrir la plus grande surface vitrée sur à peu près chaque modèle. Les toits ouvrants panoramiques sont plus populaires que jamais.

Le Renault Racoon, lui, vous offre un toit entièrement vitré ! Vous voulez une voiture qui ne connait pas le mot «sombre» ? Bien le racoon, c’est ça. Un véhicule hyper mobile amphibie à trois places destiné au tourisme de découverte. La carrosserie et le châssis sont en acier mais le cockpit est en verre photosensible. Sur la route, il atteint 155 km/h et 5 nœuds sur l’eau.

Renault avait équipé son petit monstre de suspensions à vérins hydrauliques qui permettaient de modifier l’angle d’attaque ou d’augmenter la garde au sol jusqu’à 50 centimètres pour des capacités hors-route extraordinaires.

Avec son look inspiré et son habitacle plus qu’accueillant, il aurait sans doute été le véhicule le plus agréable pour faire un roadtrip mémorable, combinant route et sentiers. Imaginez-vous revenir d’une virée au chalet, en soirée,  et observer les étoiles pendant que votre chauffeur vous ramène à la maison !

Vous savez quoi?  Il en existerait encore 1 sur terre aujourd’hui. Bonne chance pour le trouver.

Isuzu Impulse (Geo Storm, Asüna Sunfire), la sportive mélangée

Voiture présentée en tant que concept en 1989 et qui, contrairement aux autres modèles mentionnés plus haut, a été produite, mais n’aura connue qu’une très courte carrière entre 1990 et 1993. Je vous en parle parce qu’elle fait parti des oubliées du monde de l’automobile. Elle était sans l’ombre d’un doute la voiture la plus chouette à conduire.

Toutefois, on parle ici d’une voiture pour un roadtrip à deux (les places arrières ne font qu’acte de présence). La Isuzu Impulse est à mon avis, une petite merveille à quatre roues.  Avec son hayon à l’arrière, elle est très pratique et conserve un look sportif. Cependant, avec un quatre cylindre de 1.6 litres développant un maigre 95 chevaux, les performances n’étaient pas au rendez-vous. En contrepartie, elle était très économique pour son époque avec un 9 litres/100 km.

Cette voiture était indéniablement construite pour les roadtrips ! La suspension de la voiture venait directement de chez lotus et elle offrait un confort de roulement, tout en procurant un agrément de conduite hors du commun. Même avec si peu de puissance, vous aviez un plaisir fou au volant de ce bolide qui existe sous plusieurs appellations. Chez nous au Canada on la connaît également sous le nom de Geo Storm (version la plus vendue ici au pays à l’époque), et Asüna Sunfire. Oui, le nom Sunfire fut utilisé chez GM au début des années 90 avant d’être repris sur la Pontiac d’entrée de gamme vers la fin de la décennie.

 

Crédits photos : Motor.com, Ital Design, Le blogue automobile, All Car Index, Motor Trend, Car Domain, BilderBeste

Une suggestion d'articles qui pourraient vous plaire

10 villes fantômes à visiter au Québec

Des visites qui vous donneront froid dans le dos une fois la nuit tombée!

La route des bières de l’Est du Québec

Je commence mon article en vous disant tout de go que je n’aime pas la bière. Ben non. Une bonne Laurentide tablette ou une 50 chaude. Ben non.

Boutique Le Cargo, c’est la nouvelle façon de magasiner facilement tout en réalisant de véritables économies. Lorsque vous faites un achat, nous vous remettons un bon d’achat que vous pourrez dépenser quand bon vous semblera. Avec Boutique Le Cargo, tout est à un minimum de 50 %.